Social Cooperative San Saturnino

Social Cooperative San Saturnino

La coopérative sociale San Saturnino onlus a été constituée en 1989, bien que ses origines et ses premiers pas remontent à 1980 lorsque, en tant qu’association de bénévoles, elle a collaboré avec la municipalité pour lancer une première expérience d’assistance domestique aux personnes âgées menée à Rome.

Au fil des ans, la diversification considérable des activités réalisées a permis à la coopérative d’opérer dans plusieurs juridictions de la ville de Rome et de la région et d’utiliser son expertise unique de compétences et d’expérience pour répondre aux divers besoins des différents groupes cibles : mineurs, personnes handicapées, personnes âgées, sans-abri, femmes/mères célibataires avec enfants, migrants, toxicomanes, familles. La coopérative offre ses services afin d’améliorer la qualité de vie, de promouvoir la solidarité sociale, d’encourager l’acceptation des différences et la non-discrimination, de développer un large éventail d’autonomisation de la communauté. Dans l’accomplissement de sa propre mission, la coopérative est considérée comme un acteur actif qui participe – en étroite collaboration avec les structures institutionnelles, les organisations à but non lucratif et les ressources formelles et informelles – à la construction du bien-être de la communauté et à l’intégration sociale des citoyens à travers la promotion, la planification et la réalisation de services psychologiques, socio-sanitaires et éducatifs. 

Pour la gestion de ces services, San Saturnino s’appuie sur un système organisationnel qualifié et sur des ressources humaines et professionnelles diversifiées : travailleurs sociaux, psychologues, pédagogues, éducateurs et puériculteurs. Grâce à l’expérience acquise au fil des ans par le contact direct avec les citoyens, la coopérative vise à répondre de la manière la plus appropriée aux besoins réels, en offrant des services directs à l’individu tout en gardant toujours à l’esprit la qualité demandée et spécifiée par les structures institutionnelles.

Retour en haut